Age : 18 minimum
Avertissement : Le contenu du site ABKingdom est réservé aux adultes.
ABKingdom est un site communautaire dédié aux adeptes des couches. Bien qu'il ne soit pas réellement un site pornographique, le contenu peut être choquant ou mal compris par certaines personnes, vous devez donc avoir 18 ans ou plus pour pouvoir le consulter.
En acceptant d'entrer sur ce site, vous confirmez avoir lu et compris cet avertissement, ainsi qu'avoir l'âge minimum requis.
Entrer         Sortir
For more information about diapers fetish, please visit the site Diaper Alliance Foundation:
Diaper Alliance Foundation
Label RTA
Afin de protéger les mineurs, ce site utilise le système de protection RTA. ICRA a fermé et n'est plus supporté.
Vous pouvez activer le contrôle parental de votre coté pour éviter que vos enfants visitent ce site.
Norton Safe Web
Ce site web a été certifié comme étant sûr par Norton.
Publicité ▼
Fétichisme des couches et actualités pour adultes
Ajouter une réponse
Traduire cette page
Sujet délicat... Victime d'abus et abdl...
79 messages 3645 vues
 
Le 9 mars 2016 à 23:04
FR France
Bonjour à tous
Je me pose parfois la question de la relation potentielle entre le fait d'avoir subi des actes abusifs dans son enfance et l'envie/plaisir à porter des couches.
Certains d'entre vous auraient le courage de répondre par expérience ?
Merci
Le 10 mars 2016 à 09:10
FR France
sujet délicat s'il en est
Mais peut être à diviser en deux catégories :
- l'abus grâce à la couche déjà présente à ce moment ?
- l'abus ayant entraîné le port de couches par la suite ?

J'espère bien me faire comprendre
Le 10 mars 2016 à 19:08
CH Suisse
Navré, je ne suis pas concerné (ni comme victime, ni comme agresseur), mais la question est aussi intéressante que risquée...
Le 10 mars 2016 à 22:32
CH Suisse
Bonsoir,

J'avais traité le sujet dans le post ci-dessous.

https://www.abkingdom.com/forum/msg/480957

Certes ce n'etait pas exactement le même sujet mais.... très proche.
Il m'a fallu 30 ans pour pouvoir l'évoquer et entreprendre quelque chose...

Bonne lecture

Bba4pattes
Le 12 mars 2016 à 12:03
FR France
je ne pense pas qu'il ai réellement de lien entre les deux car pour ma part j'aimais déjà être en couche avant et j'ai pas souvenir que ça ait renforcé ce gout de porter des couches par la suite .Puis tout les ABDL ne sont pas "d'anciennes" victimes d'abus bien heureusement .
Le 14 mars 2016 à 20:37
BE Belgique
Je pense qu'on ne peut pas établir de lien de causalité systématique entre aimer porter des couches et avoir subi des abus sexuels.

Pour parler de mon expérience personnelle... Aussi loin que je me souvienne, disons 4 ans, j'ai toujours aimé que ma mère me lange ainsi que la sensation de porter des couches. Par la suite, je devais avoir 6 ou 7 ans, j'ai demandé à ma mère de me langer, car je la voyais faire avec mon frère et ma sœur cadet. Ce qu'elle a fait quelque fois. J'ai rapidement réalisé que "ce n'était pas bien" et probablement qu'elle aussi, car elle ne l'a fait que deux ou trois fois. Malheureusement, jamais aucun mot n'a été mis là dessus. Mon désir et mon plaisir à porter des couches sont nés à ce moment là et ne m'ont jamais plus quitté.

Je pense que ma mère n'était pas très au clair avec ses propres désirs incestueux. Même si je n'ai pas subi d'attouchement, j'ai du sentir chez elle une excitation à s'occuper de moi. Encore aujourd'hui, ce manque de retenue de ma mère me pose des problèmes dans ma vie intime. Avec mon ex-femme, j'ai toujours éprouvé le besoin de porter des couches ou de lui en faire porter pour pouvoir accéder et/ou contrôler nos rapports. Par la suite, j'ai connu une femme avec qui je n'avais plus besoin de couches, mais la relation n'a pu durer, pour d'autres raisons.

Voilà mon expérience personnelle.
Le 16 mars 2016 à 10:43
FR France
Les traumatismes infantiles ont tendance à rendre abdl, mais être abdl ne veut pas dire qu'on en a subi un.

Car il n'y a pas une cause type mais une "liste" interminable de possibilités.
Le 16 mars 2016 à 18:29
BE Belgique
Les traumatismes infantiles ont tendance à rendre abdl, mais être abdl ne veut pas dire qu'on en a subi un. Car il n'y a pas une cause type mais une "liste" interminable de possibilités.
Ah la causalité linéaire... tout serait si simple. Je dirais qu'il faut une combinaison de déterminants pour que quelqu'un devienne ABDL.
Le 25 mars 2016 à 05:11
FR France
Victime d'abus sexuels dans ma jeunesse, vers 12/13 ans.... sans violences, par un ami de mes parents.... je ne comprenais pas trop au début.... mais ça n'a pas de rapports avec mon plaisir de porter des couches....

Ou peut-être.... je devrais consulter un psy... mais si j'aime étaler ma vie perverse d'adulte (ici ou ailleurs), je n'ai pas envie de raconter ce que cet homme me faisait, ou le plaisir qu'il m'a fait découvrir (oui, du plaisir, teinté de dégout)....
Le 25 mars 2016 à 12:43
Victime d'abus sexuels dans ma jeunesse, vers 12/13 ans.... sans violences, par un ami de mes parents.... je ne comprenais pas trop au début.... mais ça n'a pas de rapports avec mon plaisir de porte...
Dans mon passé d'enfant il y a bien des histoires d'attouchements et de frottements sexuels par un tonton malfaisant, sur mes sœurs et (parait-il) sur moi encore bébé.

D'après ce que m'a raconté ma sœur ainée le tonton était très excité par l'odeur de pipi et c'est ma sœur Françoise qui était la victime de choix car elle était énurétique.

Ce lourd secret de famille m'a été révélé...40 ans plus tard.

Quand j'ai fait mon enquête l'une de mes autres sœurs m'a dit "cette conne de Françoise..." . Sous entendu : il y avait un jeu pervers "du chat et de la souris" dans lequel ma sœur semblait avoir pris un certain plaisir .

Je précise que ma sœur n'était absolument pas fétichiste et au contraire elle était complètement rebelle aux injonctions de notre mère l'obligeant à "se garnir" (comme elle disait). Et elle en a subi de graves humiliations

Pour avoir beaucoup travaillé en psychothérapie sur mon histoire personnelle et sur cette problématique du plaisir associé à la souffrance je pense que ce n'est pas tant la perversion, voire même le viol qui mène au fétichisme. C'est beaucoup plus le sentiment d'abandon qui résulte du silence de l'entourage, et notre propre silence. Car quand on réchappe d'une souffrance en compensant par un plaisir, on s'interdit la révolte.

Bref , de mon point de vue, ce n'est pas l'abus sexuel qui mène au fétichisme, c'est le secret dont on l'entoure : c'est le manque d'attention et de perspicacité des parents à l'angoisse ou la détresse cachée de leur enfant associé au silence des victimes et leur impossibilité de se révolter.

Ce sentiment d'abandon surgit beaucoup plus facilement dans un contexte où la maman à d'autres enfants à s'occuper, ou bien pour les petits derniers (comme je l'ai été) lorsque d'autres enfants de l'entourage mobilisent toute l'attention et empêchent de voir la détresse d'un plus grand. Surtout dans un contexte où la jalousie est interdite.
Publicité ▼
Copyright © 1999-2016 ABKingdom. Tous droits réservés.