Age : 18 minimum
Avertissement : Le contenu du site ABKingdom est réservé aux adultes.
ABKingdom est un site communautaire dédié aux adeptes des couches. Bien qu'il ne soit pas réellement un site pornographique, le contenu peut être choquant ou mal compris par certaines personnes, vous devez donc avoir 18 ans ou plus pour pouvoir le consulter.
En acceptant d'entrer sur ce site, vous confirmez avoir lu et compris cet avertissement, ainsi qu'avoir l'âge minimum requis.
Entrer         Sortir
For more information about diapers fetish, please visit the site Diaper Alliance Foundation:
Diaper Alliance Foundation
Label RTA
Afin de protéger les mineurs, ce site utilise le système de protection RTA. ICRA a fermé et n'est plus supporté.
Vous pouvez activer le contrôle parental de votre coté pour éviter que vos enfants visitent ce site.
Norton Safe Web
Ce site web a été certifié comme étant sûr par Norton.
Publicité ▼
Fétichisme des couches et actualités pour adultes
Ajouter une réponse
Traduire cette page
Comment soutenir au mieux mon amoureux ?
33 messages 1724 vues
 
Le 8 janvier 2017 à 12:35
FR France
Bonjour,

Je viens sur ce forum afin de partager mon expérience et surtout avoir des conseils de membres de votre communauté. Je vais essayer de faire simple, précis et résumé, même si j'avoue que c'est encore tellement frais dans mon esprit que j'ai un peu de mal à organiser mes idées...

Je suis en couple avec mon amoureux depuis maintenant 6 ans, nous nous sommes rencontrés au lycée et malgré de très très mauvaises passes nous sommes pacsés et nous attendons un bébé pour Mai. Ça va verser dans le niais mais je ne me vois vraiment avec personne d'autre, il me comble de bonheur et d'amour chaque jour qui passe, et surtout il m'a toujours soutenue (j'ai un trouble anxieux qui peut être vachement lourd pour l'entourage).

Il y a de ça deux jours, j'avais besoin de sa tablette pour retrouver un site que j'avais visité précédemment, et j'ai donc dû aller dans son historique. Il m'a toujours dit qu'il n'avait rien à cacher et j'avais totale confiance en lui. C'est alors que je suis tombée sur des sites semblables au vôtre, des tumblr etc... Naturellement ce serait carrément mentir que de dire que j'ai pas eu l'impression que tout s'effondrait, j'ai tout de suite imaginé le fetish sexuel, les pratiques scato et toute la clique d'idées toutes faites. J'ai eu envie de me barrer, qu'il n'approche jamais son fils, de me débarrasser de ça en fait.

Et puis non. On en a parlé, longuement. Il m'a tout expliqué, il m'a raconté pourquoi il le faisait, comment il a galéré pour se procurer des couches, la peur panique de se faire choper sur le fait... Je m'en étais toujours douté car un jour il avait sorti une couche pour voir ma réaction, et souvent il en faisait allusion (notamment quand on parle de fuites urinaires pendant la grossesse   ) mais jamais je n'avais su aborder le sujet car j'ignorais tout de ce fetish. Je lui ai juste dit que je refusais de le voir en porter et que pour l'instant je ne souhaitais pas essayer, mais je comprends son besoin et ces ""pratiques"" (à 22 ans j'ai encore un vieux doudou tout décati dont j'ai viscéralement besoin pour me sentir bien donc sur la forme je ne peux pas juger son fetish).

Malheureusement je suis étudiante en Psycho et on nous apprend à classer les gens dans des cases. On m'a appris que parfois le fetish était dû à un traumatisme ou à des relations pathologiques dans l'enfance et c'est concrètement le cas de mon amoureux. Il a été surcouvé par sa mère, on a habité ensemble à 20 ans et il était que très peu autonome. J'ai dès le début été une mère de substitution quand la sienne n'était pas là et le fait que je sois hyper maternante de caractère a pas dû aider au schmilblick. Bien sûr que je l'ai aidé à prendre ses responsabilités mais je le protège comme s'il était la prunelle de mes yeux (et en fait c'est le cas). Je souhaite l'emmener voir un psychologue spécialisé en TCC afin qu'il puisse reprendre une vie "d'adulte" mais au final est-ce la solution ?

Est-ce mal placé de ma part de l'envoyer faire une thérapie ? Est-ce que c'est abusif de souhaiter qu'il arrête de porter des couches, surtout que ce n'est qu'occasionnel ? Je sais qu'il en retire plus de souffrances que de bien-être et ça me fend le cœur, je ne supporte pas qu'il ne soit pas bien dans ses baskets. J'ai peur que de l'aider à arrêter soit vu comme le fait que je ne l'accepte pas comme il est, alors que je l'ai "autorisé" à porter des couches quand je ne suis pas là s'il en ressent un fort besoin. Je suis là pour l'aider à trouver des activités qui lui permetteraient de satisfaire son besoin d'insouciance, je l'accompagne aux courses afin qu'il ne flâne pas devant les couches, mais j'ai vraiment peur de ne pas le soutenir comme il en aurait besoin ou de passer pour la nana qui veut le rendre acceptable (au niveau de la société je veux dire, en soi c'est une personne comme une autre !)

Naturellement c'est inconcevable de le laisser à cause de ça, au contraire je l'aime encore plus depuis cette découverte. C'est à moi maintenant de l'aider à se sentir bien et j'aimerais le faire au mieux, c'est pourquoi j'ai besoin de vous qui êtes les mieux placés pour me conseiller.
Merci de m'avoir lue, j'espère ne pas avoir été blessante... Et merci d'avance pour les réponses que je recevrais !
(Chatou si tu me lis je t'aime très fort <3)
Le 8 janvier 2017 à 13:54
CA Canada
Je ne serais quoi te dire. Ma femme était comme toi au début et a commencé à l'accepter avec le temps. J'aimerais ne jamais avoir pensé a me mettre une couche il y a plus de 20ans...J'aimerais rencontrer un spy pour m'enlever ce besoin. Si ma femme me prendrais un rendez vous sans que je le sache et bien j'irais. Moi j'ai déjà essayer d'arrêter mais ce besoin est en nous.... Bonne chance
Le 8 janvier 2017 à 14:01
FR France
Très beau texte de tolérance et de soutien.

Ayant fait aussi de la psycho, je me retrouve dans tes propos concernant les classements des gens par "affects" ou "déviances".

Pourquoi le port de couches serait-il systématiquement un obstacle à un épanouissement mutuel intense ?

Une phrase de Marivaux me semble bien adaptée à ce thème : "Ecouter, c'est presque déjà répondre".

PVC90
Le 8 janvier 2017 à 14:01
FR France
Hello,
Ta réaction est compréhensible compte tenu du fait que tu ne connaissait pas ce "milieu" et que tu l'as appris par hasard.
Je pense que consulter un psy ne pourra pas lui faire passer ce fétichisme... ca lui permettra de mieux l'accepter et de vivre avec, mais c'est impossible de s'en séparer vraiment à mon avis... je sais de quoi je parle.
Il faut essayer d'apprendre à vivre avec ca, à lui de s'adonner à son fantasme avec parcimonie, car c'est compréhensible que tu ne souhaites pas voir ton chéri en couche.

Tu fais preuve d'ouverture d'esprit en tout cas, c'est une super chose.

Bon courage à vous deux
Le 8 janvier 2017 à 14:32
FR France
Merci mille fois à vous pour vos réponses, ça me fait du bien de voir que vous trouvez que j'ai eu une réaction assez saine. Je m'en serais voulue de l'avoir blessé par maladresse...

J'ai oublié de préciser (et honte à moi c'est quand même important !) qu'il souhaitait en porter pour la dernière fois quand j'aurais accouché de notre fils. Il ne se voit pas continuer mais c'est plus fort que lui, je le vois bien à ses moments d'absence que je sais maintenant interpréter. Il veut être un vrai père, un pilier pour la famille et je pense que pour une personne ayant besoin d'être maternée ça doit être assez anxiogène.
Bien sûr je lui ai dit que s'il avait besoin de le faire lorsque je serais à la mater, qu'il le fasse et que je ne lui en tiendrais absolument pas rigueur. Après tout moi aussi je flippe un peu de devenir maman !

J'aurais accepté qu'il continue si c'était épanouissant pour lui mais manifestement ça ne l'est pas tant que ça, et c'est pour ça que je souhaite l'accompagner dans une thérapie. Je ne peux pas le voir souffrir, se dénigrer parce qu'il a besoin de petits moments de régression. On essaye tous les deux de trouver une alternative, hier je lui ai lavé les cheveux et j'ai vu que ça suffisait à apaiser son envie d'être choyé. Je lui fais aussi beaucoup plus de câlins, je ne suis pas quelqu'un de démonstratif mais je sais qu'il en a besoin. En fait je trouve ça plus touchant qu'autre chose, il a eu beaucoup d'épreuves dans sa vie et on ne s'en sort pas indemne ! Et puis après tout, qui n'a pas gardé une part d'enfance ? Le monde serait encore bien plus triste.

Après c'est sûr que je suis soulagée que ce ne soit pas sexuel car ça aurait remué beaucoup plus de choses et de tabous, mais c'est pas facile à gérer. On réussit à en rire donc je sais qu'il se sent à l'aise avec ça (avec moi en tout cas) mais j'aurais toujours peur de mal faire... Le fait de venir sur ce forum me montre ce qu'il a dû endurer, je veux pas qu'il sache pour l'instant que je viens me renseigner, alors à chaque fois qu'il passe vers moi je jette mon portable sur le canapé pour ne pas qu'il me crame  
Le 8 janvier 2017 à 14:43
FR France
Merci mille fois à vous pour vos réponses, ça me fait du bien de voir que vous trouvez que j'ai eu une réaction assez saine. Je m'en serais voulue de l'avoir blessé par maladresse... J'ai oubl...
Je viens de lire ton dernier post et j'accroche sur ce recours à la thérapie : est-elle vraiment nécessaire, indispensable, ne risque-t-elle pas de mener plus à des impasses qu'à des progrès ?

Ne va-t-elle pas dresser de nouveaux obstacles ? Certes, tu fais des études pour devenir clinicienne, peut-être, et faire face à de semblables problématiques. Mais dans "l'ici et maintenant", n'y a-t-il pas d'autres voies douces d'harmonisation ?

Pourquoi cet appel à un tiers quant tout est dans chacun ?

Enfin, c'est juste mon avis.

PVC90
Le 8 janvier 2017 à 15:08
FR France
@PVC90 effectivement une thérapie c'est tout ou rien et ça peut être destructeur si elle est mal menée. Mais je veux l'accompagner car il souhaitait le faire, il a plusieurs problèmes dans sa vie qui sont dus à ce besoin de régression donc certains qui le font tendre à un certain immobilisme et ça nous a causé des soucis (il a eu peur de devoir chercher du travail et de rentrer dans la vie active, nous sortons tout juste d'une période financière compliquée à cause de ça).

Il pense que ça le fera arrêter de porter des couches, je n'en suis pas convaincue car ça a l'air vraiment plus viscéral que rationnel et c'est pas non plus le but premier. Je souhaite juste qu'il soit plus à l'aise avec une vie d'adulte, et s'il le faut vraiment, qu'il soit serein lorsqu'il porte ses couches. En fait le problème principal avec mon amoureux c'est vraiment cette peur d'évoluer, les couches ne sont qu'une branche de cet arbre qu'il faudrait un peu élaguer afin qu'il vive et non plus qu'il ne subisse.

Mais tes questions sont très pertinentes, elles me permettent de faire évoluer ma réflexion  
Le 8 janvier 2017 à 15:19
FR France
@PVC90 effectivement une thérapie c'est tout ou rien et ça peut être destructeur si elle est mal menée. Mais je veux l'accompagner car il souhaitait le faire, il a plusieurs problèmes dans sa vie...
Je conçois un peu plus la complexité de la situation. As-tu pensé à l'analyse transactionnelle et à la PNL pour aider ton ami dans son parcours ?

Ces deux disciplines, que j'ai beaucoup pratiquées, offrent de solides outils pour les clarifications initiales.

Merci aussi pour tes appréciations ; elles m'encouragent à un perfectionnement permanent.
Le 9 janvier 2017 à 03:09
CA Canada
Ma réponse va être cru. Je me vois un peu en ton copain. La thérapie, pense tu qu'il veut la faire pour lui? Ou pour toi?

Je suis près a tout faire pour rendre ma femme et mes filles heureuse. J'ai vu des psy, mais malheureusement je n'ai pas été capable de m'ouvrir complètement à eux. Ma femme ne veux rien savoir de mes couche. J'ai tout fait pour m'en débarrasser, mais ça fonctionne pas.

Alors j'apprends a vivre deux intimité. Une avec ma femme et l'autre avec mes couches. C'est très dur moralement et psychologiquement. Je préférerais en avoir une seule. Mais j'aime beaucoup trop ma femme pour la laisser et les couches font malheureusement partie de moi.
Le 9 janvier 2017 à 08:49
BE Belgique
Une des dérives de la psychologie, c'est d'être normative. Elle prescrit un certain type de relation comme étant "saine", tous les autres types étant qualifiés de "pathologique".

La réalité est différente. Si vous vous aimez, votre couple peut trouver l'énergie et le moteur pour durer.

Enfin, je relève des contradictions dans ton message. Par exemple, tu relèves que le fétichisme des couches serait lié à un traumatisme de l'enfance (encore une classification psychologique). Les troubles anxieux se relie à quoi, selon toi ?
Publicité ▼
Copyright © 1999-2016 ABKingdom. Tous droits réservés.